Les "spreads" de crédit ont été le principal moteur de performance des obligations d'entreprises au premier semestre (bâtonnets oranges). L'évolution des taux sans risque (bleus) dans une bande étroite n'a pas permis de donner de la dynamique au marché. Nous utilisons ce graphique pour illustrer que le niveau absolu des rendements importe peu dans le cadre d'une gestion obligataire active, la volatilité des "spreads" permet quant à elle d'extraire de la valeur du marché.